Assemblée Générale 2021 : 10 000€ récoltés malgré les difficultés

20210521_202639

Procès-verbal de l’assemblée générale qui s’est déroulée le 21 mai à la salle du Foyer de Saint-Sigismond.

Les comptes ont été approuvés à l’unanimité.

Créée en 2009, avec pour unique vocation à venir en aide aux malades du cancer, l’association Vivre la Vie 85 a déplacé pour des raisons pratiques son siège originel de Saint-Sigismond, dans les locaux du Kiosque, le centre socioculturel de Benet. Et l’assemblée générale qui a pu se tenir dans la salle du Foyer à Saint-Sigismond, a permis d’annoncer à la petite chambrée d’adhérents présents, un résultat somme toute excellent compte-tenu du contexte sanitaire depuis un an. 10.000 € seront reversés en direction des malades et des services qui les soignent. Ainsi la barre symbolique des 100.000 € est atteinte depuis le lancement en 2009.  Et il aura fallu un peu d’audace aux Galipotes d’Ardin pour récolter 4.000 € en octobre dernier lors de la venue de Jean-Pierre Bodin à Villiers-en-Plaine, ou à l’association Familles rurales de Maillezais pour l’organisation d’une tombola en décembre dernier (bénéfice 1.458 €). Des dons à Vivre la Vie suivis d’autres belles initiatives (Céline Fleurs à Oulmes, la Gym volontaire de Nieul-sur-l’Autise, Art et Loisirs et la mairie de Saint-Sigismond, le Trail du Val d’Egray à Champdeniers, la mairie de Benet, ainsi que tous les partenaires fidèles), qui vont permettre d’apporter du bien-être aux malades du cancer. Les dons de particuliers attaignant la somme record de 2.129 €. La collaboration de l’association va s’orienter vers la venue de clowns relationnels en oncologie (comme depuis 2014) et en soins palliatifs au CHU de Niort, pour 1.500 €. Ces deux services bénéficieront également de dotations pour améliorer l’atmosphère des chambres (décoration, lampes à lumières tamisées, plantes…), pour 3.000 €. Un Hôpital pour les enfants à Poitiers a reçu la somme de 4.500 €. Une relation de confiance s’est créée au fil des années entre Vivre la Vie et ces bénéficiaires. Une provision de 1.000 € est elle destinée à financer partiellement l’aquagym, ou des ateliers bien-être sur Fontenay-le-Comte. Passée la fête des plantes du 30 mai (12è édition qui réunira près de 30 exposants), qui représente l’ADN de Vivre la Vie, il faudra entretenir la dynamique pour continuer à mobiliser en ces temps délicats. L’invitation à ce que de nouvelles personnes rejoignent le bureau est lancée, afin d’apporter un nouveau souffle. Celui-ci construit depuis 3 ans, lorsqu’il s’est agi de sauver l’association, aura tôt ou tard besoin d’une relance ou d’un soutien.

Prises de paroles :

Stéphane Massé : « Notre bilan financier est bon, mais ce qui prime est l’aspect moral et la vague de soutien qui permet à Vivre la Vie de poursuivre dans sa vocation. Mener des actions nous-mêmes est normal, mais susciter le désir chez d’autres de rejoindre notre cause, représente peut-être notre plus belle victoire. Cela vient récompenser des années à porter la bonne parole auprès de nos partenaires, de nos adhérents et de nos bénévoles, tous indispensables à la réussite de notre démarche solidaire. Si notre accompagnement auprès des malades reste modeste, il est concret et peut se mesurer notamment au sein des services de radiothérapie (représenté par des personnes travaillant dans le service lors de l’assemblée générale), d’oncologie et des soins palliatifs au CHU de Niort. Il n’y a pas de petits dons, il n’y a que des bonnes volontés qui viennent en aide à Vivre la Vie et au bien-être des malades. »

Béatrice Dryepondt et Marilys Saran (clowns relationnels) : « Les visites ont pu reprendre le 20 mai et elles étaient très attendus dans les services. Il s’agit d’un soin relationnel, le clown peut tout entendre, recueillir l’émotion et les angoisses des malades et des familles. L’ouverture du coeur du clown peut réveiller le vivant enfoui chez le malade. »

Gilles Kéo (directeur d’Un Hôpital pour les enfants) : « Seuls les professionnels interviennent depuis de longs mois, les bénévoles ne peuvent pas nous soutenir pour l’instant. On observe une grande détresse psychique chez les ados notamment, causée par le manque de perspective d’avenir. Je trouve toujours extraordinaire qu’une association comme la votre vienne soutenir notre démarche auprès des enfants au CHRU de Poitiers. »

Jean-Paul Seguin (en cours de création d’une nouvelle association avec d’autres anciens membres de la Ligue contre le cancer) : « Malgré notre départ de la Ligue contre le cancer de Vendée, nous aimerions pouvoir poursuivre entre-autre des ateliers bien-être et l’aquagym pour les malades. »